La Comtesse de Bragada et son grimoire

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 26 décembre 2009

Hourte (suite 5)

Qu'est-ce qu'une hourte?

C'est un hybride entre une yourte pour la rotondité et une hutte pour le matériau bois. Connaissant un ami qui en construit en matériaux sains et avec une philosophie respectueuse de l'environnement, j'ai décidé d'en monter une. Et comme j'ai envie de partager cette naissance sur mon grimoire, il y aura des photos, des anecdotes, la construction quoi!

Bon, voilà que la neige s'y met! Dans quelles conditions il faut travailler!

Le travail ingrat se fait au froid, le travail qui ne se voit que s'il est de manque:

Daniel est allé chercher l'isolant.

Et les copains reviennent nous donner un coup de main. Visiblement ils en re-demandent!

Jacques joue au bonhomme de neige version gypse.

Jean prie la ponceuse d'accepter de fonctionner.

Pose de la lice haute du dessous du haut

et du dessus du haut

Quand on parle de chantier, le mot est faible...

Mais l'important c'est d'avancer. Préparation de la mise en place du tonoo.

prétrouage

Élaboration d'un trépied pour monter le tonoo

OK ça ressemble plutôt à un panneau indicateur!

N'empêche, c'est efficace

Puis, pose du premier rayon

Boudu, pourvu que ça tombe pas!

Puis des quartiers

Puis nous avons un coup de main de Tarzan

Non, c'est Jacques!

Ah! Ça commence à ressembler à une yourte!

pendant ce temps, ZOÉ, ma petite fille a vu le jour

Puis est venu le réveillon de Noël. Dans la nuit, le vent a décidé de souffler très fort durant presque deux heures, envolant avec lui la bâche qui protégeait la hourte.

Ainsi, à deux heures du matin, Joël faisait le ouistiti sur le toit pour remettre la bâche que Jérémie et moi lui tendions tant bien que mal, entre quelques verres de petits vins achetés à "du bio sur ta route".

À suivre...

dimanche 13 décembre 2009

Hourte (suite 4)

Aujourd'hui la porte!

Tout d'abord une petite prière derechef (ce doit être la forme qui veut ça!), un peu de ponçage pour poser le cadre de la porte.

Puis la pose d'un ventail.

Pendant ce temps, Jersande prépare le pain pour le cuire dans le four à bois.

Déjà appétissant avant même la cuisson.

Et voici le deuxième ventail.

Tadaaaa!

OUPS!!! Je crois bien que j'ai enfermé Daniel dedans!

Lors d'une prochaine étape, nous aurons à placer le tonoo. Il faut l'imaginer dans l'autre sens, un peu plus épais, très lourd (au moins cent kilos!), au centre de la hourte à la hauteur du toit. Je me demande comment nous arriverons à le porter. Qui est volontaire pour un tour de reins, euh, je veux dire un coup de main?

À suivre...

Hourte (suite 3)

Boudu, je me suis laissée débordée par le temps. Voici la suite de la hourte (hybride entre une yourte pour la rotondité et une hutte pour le matériau bois).

Enfin le plancher est fini en dépit de la pluie qui a voulu le baptiser alors qu'il n'était pas terminé!.

Maintenant les murs.

Aujourd'hui nous avons en renfort deux copains.

Jean qui ponce. (Il aurait pu s'appeler Pilate, on lui aurait dit: tu ponces Pilate? ;0)) Mais non, il se prénomme bien Jean.

Tout va aller vite. Voici la première lice basse posée.

Et une autre

Une petite prière de contemplation

Et voici Jacques, juste derrière la première pourtre en "I". Il est venu incognito.

Et vient le premier mur

Et tout s'enchaîne... 3 murs

puis 4

Puis 6

On commence à voir le rond.

Et puis j'arrête de compter.

"Gros comme ça qu'il était le dernier poisson que j'ai pêché!"

"Ah ben dis-donc!"

Meuh non, Daniel y pêche pas...

Une place pour une petite fenêtre avec Jacques enfin sorti de son incognito

Et le dernier mur

Et maintenant il faut bâcher pour éviter l'humidité. Daniel a acheté une grosse et grande bâche de 45KG! Que c'est dur à mettre. Une fois qu'elle y sera, on ne l'enlèvera plus! Bon, ça y est. Elle est installée. Juste au début de la nuit. La photo, elle date du lendemain.

Elle fait complètement yourte, habillée en bâche. Ça prend tournure.

À suivre...

jeudi 3 décembre 2009

Hourte (suite 2)

Voilà, nous avons mis un papier enduit de paraphine pour bloquer les éventuelles remontées d'humidité par dessus les cailloux et je suis partie faire quelques courses. En revenant, une araignée avait tissé sa toile, ou le Pa Qua ou Ba Gua en Feng Shui, ou la roue du Dharma chez les Bouddhistes.

J'adore

Et maintenant il faut remplir les portions avec des cailloux et du concassé. Ça c'est pas bon pour le dos! Mais pas bon du tout!

Et je tasse, tasse, tasse en sautant des deux pieds...

Et un beau gosse remplit avec du granulat de liège pour l'isolation.

Y s'applique le garçon! Y tire pas la langue mais c'est tout comme.

Pendant ce temps, passage d'une gaine pour une éventuelle arrivée d'électricité, histoire d'être au courant... Wouah, ce que je peux être drôle!

Et une petite pose pour répondre à Dulcinée... qui en réalité ne s'appelle pas vraiment Dulcinée, ni Pétronille et encore moins Gertrude, mais est-ce vraiment important pour la construction de la hourte?

Et voilà, la toile est prête à recevoir le plancher.

Et le plancher commence... Avec une petite prière pour débuter... Mais c'est pas la bonne direction mec!

suivie d'une petite courbette... pour épargner les genoux déjà douloureux

Une pose quelque peu travaillée, qui va nécessiter de bien profondes réflexions pour la suite en symétrie...

À suivre...

Hourte (suite 1)

Tout commence par une journée renversante du mois de janvier. Une tempête à mettre les arbres à terre. Une tempête qui a rompu notre magnifique eucalyptus. Bientôt, il n'est plus resté que la souche qu'il a fallu extraire.

Une nouvelle vie pour le coin dévasté.

Tout d'abord, aplanir en comblant le trou avec de vieilles tuiles et en passant l'aplatisseur.

Mon pote Daniel, il est tout fier de son engin! (une petite interview rapide révèle toutefois une inquiétude car l'engin est costaud, Daniel fera-t-il le poids? Le suspens est à son comble, les paris sont engagés...)

OUI! Pari réussi. Daniel est à l'aise derrière son engin. Pour l'occasion il a adopté une tenue simple que le bob complète à la perfection pour garder les idées bien au chaud. La panoplie du parfait tasseur!

Puis vient la pose des cailloux , du concassé, sur un géotextil qui empêchera les racines de repousser. Pour cette phase il faut avoir l'air décidé, prendre son courage à deux mains et tenter la traversée.

Enfin, il faut égaliser la "chape", c'est mieux, car s'il faut s'encorder pour entrer dans la hourte, c'est moins pratique même si cela peut créer des sensations inoubliables, une expérience sans précédent.

À suivre...