La Comtesse de Bragada et son grimoire

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 25 août 2008

L'Exode des Abysses

(Vieux conte retrouvé dans une malle poussiéreuse, plein de défauts mais que j'aime bien, illustré à l'époque par Rozenn)

"La solution n'est pas dans la guerre mais dans le partage. Il suffit qu'une partie de vous tous travaille pendant que l'autre prend des vacances et au bout de trois mois, vous échangez. Lâchez la compétition entre vous. Vous êtes des frères, pas des ennemis!"

Le guerrier aux cheveux rouges opine du chef un moment puis décide d'organiser une conciliation avec tout le monde afin de mettre au point cette nouvelle façon de voir la vie.

En ce qui concerne Ngong, non, il n'a pas vu de géant dans les parages. Il s'agit d'une fausse piste.

Si Ngong n'est pas passé par ici, pourquoi le clown Rigolo leur a-t-il affirmé qu'il avait pris la direction du nord?

"Retournons voir notre Rigolo" dit Guénite, les sourcils froncés.

Le clown apercevant l'aile delta fondre sur lui tente de lui échapper. Mais c'est peine perdue, Guénite et les enfants l'ont déjà rejoint.

"Vous nous avez mentis, n'est-ce pas?"

"Oui" avoue Rigolo, "Ngong est mon meilleur ami. Je ne voulez pas que vous lui fassiez du mal. C'est une erreur de manipulation qui l'a fait devenir géant?"

"Vous voulez dire qu'il n'a pas toujours été de cette taille?"

À SUIVRE...

mardi 19 août 2008

BOIRE ET DEBOIRES A LA CITE ROSE (extrait)

- « J’ai vu "La Répudiée", celle de mon roi". Répond Albed après cinq pièces. "Elle avait un voile sur la tête mais je l’ai bien reconnue.»

Bon ; j’ai une piste. C’est déjà mieux que rien. Il m’est arrivé de débuter des enquêtes sans une miette à me mettre sous la dent. Cette fois-ci, c’est pas si mal. Raminougrobis renifle quelque chose sur la tombe ouverte. On dirait des cheveux roux qui se seraient accrochés aux pierres de l’intérieur du caveau. Curieux, ils sentent le sucre. Vu la longueur, je mettrais bien ma main à couper qu’il y a une femme là-dessous, comme souvent dans les affaires louches. Ah les femmes, les femmes ! Si ma mémoire est bonne, « La Répudiée » est une Nabatéenne, fille du roi Arétas de Pétra

C’est loin Pétra !

AU CIMETIERE

Une nuit de lune noire par vent d’Ouest. Un rat couina avant de s’engouffrer dans les immondices jonchant la terre ; des âmes erraient, brûlant les gaz des corps en décomposition ; une petite vieille, tout en psalmodiant, un fichu sans couleur sur ses épaules décharnées, n’en finissait pas de rallumer les lampes à huile soufflées par le maudit vent d’Ouest qui charriait des odeurs putrides.

Derrière un muret, c’était l’attente...

LE VOYAGE

Mon tirage divinatoire de ce jour : « Raido », la Rune du voyage et «teiwaz », risque de gaspillage d’énergie.

Acheter une place dans une caravane en partance pour le royaume des Nabatéens fut une épreuve plus difficile que d’avoir à combattre les lions dans l'arène. Personne ne voulait entendre parler d’un chat qui voyagerait avec moi. D’après les chameliers, la dernière fois que cela était arrivé, le chat avait eu tellement peur, qu’il avait agressé tout le monde et mis les dromadaires en déroute. Il avait fallu 3 jours pour tous les rassembler ! Mais je ne suis pas homme à me décourager et de nombreuses pièces d’or plus tard, Raminougrobis, ligoté dans un panier accroché au flan gauche, j’embarque sur le dromadaire de queue. Courir après cette fille me vide la bourse plus vite que je ne l’imaginais et tout ça pour me rendre dans une nécropole, alors que je sors d’un cimetière ! Il y a des jours où je ferai mieux de rester étendu sur ma couche.

Je ne sais pas si vous avez déjà voyagé à dos de dromadaire ; non seulement ça vous met les os et l’arrière train en vrac pire qu’aux jeux du cirque mais en plus, ça vous fait remonter tous les repas de la semaine à force de balancer, que vous en avez les dents du fond qui baignent ! Dans quelle galère suis-je allé me fourrer ?

A SUIVRE...

jeudi 14 août 2008

L'Exode des Abysses

(Vieux conte retrouvé dans une malle poussiéreuse, plein de défauts mais que j'aime bien, illustré à l'époque par Rozenn)

"Tout d'abord nous devons retrouver le géant." dit Matatou "Regardez là-bas, ce clown, peut-être pourra-t-il nous renseigner?"

"Ah dis-donc, vous tombez bien. Nous sommes à la recherche d'un géant qui doit habiter dans les parages. Le connaisez-vous?"

"Oui, oui, bien sûr... Mais vous l'avez raté de peu, il est parti ce matin vers les plaines du grand nord, et à l'allure où il allait, vous ne pourrez jamais le rattraper."

"Ce n'est pas un problème, dis donc, j'ai mon aile delta, nous l'aurons vite rejoint. Vous dites qu'il est parti vers le nord? Alors en route!"

Survolant des paysages et des paysages, ils n'aperçoivent toujours personne.

Mais tout à coup le delta se déséquilibre. Que se passe-t-il?

"C'est une flèche qui vient de transpercer la toile" constate Matatou.

"Posons-nous!"

Une fois à terre, ils se rendent compte qu'ily a la guerre.

Alors Guénite, un mouchoir blanc au bout de sa baguette magique, s'avance entre les flèches.

"Ah dis donc, en voilà un remue-ménage! rouspète-t-elle, "qu'est-ce qui peut bien justifier pareil désordre?"

Un grand guerrier au cheveux rouges explique:

"Nous habitons au bord de l'océan où il n'y a pas de travail. Nous vivons au jour le jour. Ceux qui habitent là où il y a le travail, veulent nous déloger de notre océan pour leurs vacances. Alors nous nous battons pour conserver notre peu de biens."

À SUIVRE...

jeudi 7 août 2008

Extraits de "La route en lacets"

Georges-Amandin habite un sixième étage sans ascenseur, sous les toits d'un vieil immeuble où tout est biscornu. Les fenêtres sont rectangulaires quand les encadrements sont arrondis. Les portes gondolent comme les feuilles des arbres à l'automne. Les sols montent et descendent pareillement aux cols des Pyrénées. Les plafonds accusent des ventres ronds. Et les murs s'inclinent tantôt à droite, tantôt à gauche comme s'ils allaient tomber. Mais Georges-Amandin n'en a cure. Il se sent bien ici. Il trouve que cet appartement lui ressemble... ou l'inverse. De guingois tout comme lui.

Georges-Amandin boite de la jambe droite. Non qu'elle soit plus courte que l'autre! Mais son genou droit n'a jamais voulu se déplier entièrement. Allez savoir pourquoi. Les trois opérations qu'il a subi lui ont tout juste permis de faire descendre la pointe de son pied jusqu'à terre et ainsi se passer de béquilles.

Aujourd'hui il dort avec un poids sur le genou sans que cela n'arrange rien.

George-Amandin partage sa vie avec Madame Moune, cleptomane de son état.

...

Tout en rondeurs et visage d'ange, Clémence-Rose trace chaque matin des portées à main levée sur de grandes feuilles ivoires, tout en trempant une biscotte beurrée dans une tasse de lait chaud. Depuis plusieurs années, elle recopie des partitions pour l'école de musique de son petit village niché au fin fond d'une vallée des Pyrénées. Dans son métier de tous les jours, elle présente la météo en langage des signes. Un palais mal fermé de naissance l'affuble d'un gros défaut de prononciation la rendant incompréhensible. Alors elle parle avec les mains.

...