La Comtesse de Bragada et son grimoire

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 28 juillet 2008

L'Exode des Abysses

(Vieux conte retrouvé dans une malle poussiéreuse, plein de défauts mais que j'aime bien, illustré à l'époque par Rozenn)

"Mais où allez-vous donc tous ainsi?" demande Guénite

"N'importe où, ce ne pourra par être pire qu'ici!" répond Mazette-Zozo, tout en tirant le radeau de son amie la méduse.

"Mais que se passe-t-il? Si vous partez les coraux mourront et la mer aussi, petit à petit. L'quilibre naturel sera rompu, tout ira de travers. Pourquoi partez-vous?

"On ne peut plus vivre dans cette eau sale! Toutes les nuits sans exception, un géant vient se laver dans l'océan. Non seulement il risque d'écraser l'un d'entre nous mais en pus il pollue notre nourriture. Regardez, il y en a déjà qui sont malades."

"Je comprends, je comprends. Mais avant de partir, pourquoi ne pas essayer de résoudre le problème en discutant avec lui?"

Ce n 'est pas aussi simple, il ne nous entend pas, il est trop grand!"

"Bon, j'ai une idée présentement. Je m'occupe de votre géant si vous me promettez de ne pas partir avant deux jours. Si je réussis, vous n'aurez plus aucune raison de quitter les abysses. Sinon vous pourrez partir."

"Tope-là! C'est d'accord, mais deux jours seulement, pas une minute de plus!"

"En attendant voici des remèdes pour vos malades." finti Guénite.

Maintenant il faut faire vite.

De retour sur le sable, tous ensemble ils élaborent un plan.

À suivre...

vendredi 25 juillet 2008

Retrouvailles

Mis à part le fait que je cherche le clignotant sur mon vélo pour tourner, ce qui tend à prouver l'habitude que j'en ai, me voici devant des cousins, cousines, amis perdus de vue depuis des années. C'est troublant. Je ne parviens pas à mettre la nouvelle image sur l'ancienne. Il manque beaucoup d'années. Au moins trente ans. Bien sûr, au début, il est facile de parler, de se raconter durant tout ce temps, loin les uns des autres. Puis, des affinités vont se faire, se refaire, se défaire... ou pas.

Certains, certaines, je les ai eu au téléphone d'abord, avec l'image que j'avais d'eux, enfants, un peu comme si le temps s'était arrêté. Quelle surprise lorsqu'il a fallu mettre la nouvelle image sur la voix qui avait déjà sa représentation d'autrefois.

Une expérience à suivre...

vendredi 18 juillet 2008

La maudite de Souberbal (extrait)

Vraiment, vous ne connaissez pas la Maudite de Souberbal?

Une sacrée histoire en vérité!

J'en fus l'un des témoins...

Pourtant, je me demande si je n'ai pas rêvé:

imaginez,

une histoire de fantômes,

cela ne peut être que dans les légendes

Diable non!

Écoutez plutôt...


*****

Les moissons venaient de s'achever sur les pentes de Souberbal. Les villageois avaient pour habitude d'en célébrer la fin par un bal. C'était là l'occasion pour les célibataires de trouver femme avant les rudesses de l'hiver. La fête avait bonne mine: tout le monde portait le costume traditionnel et tous riaient, chantaient, dansaient.


*****

Elie était beau garçon et en âge de se marier. Les filles de Souberbal le savaient et elles espéraient toutes... Les danses se suivaient mais il n'avait toujours invité personne. Qu'attendait-il donc?

Jeanne essayait pourtant d'accrocher son regard par des effets de jupons. Adèle papillonnait des cils en lui envoyant son regard de velours.

Mais Elie ne semblait voir personne.

Quand vînt la traditionnelle danse des Liadours, il se décida. Traversant la piste sans prêter la moindre attention à Rose-Marie, ni à Madeleine ou Hortense, il enleva Margot qui se tenait dans l'ombre. Timide, le rose aux joues, elle ne le quitta pas des yeux de crainte que si elle les fermait, toute la magie du moment disparût et Elie avec elle.

Il l'avait choisie; il la prenait pour femme.


*****

Le mariage fut fixé à la fin de l'automne. En attendant, les jeunes gens apprenaient à se connaître.

Elie était vaillant et ambitieux, il projetait d'acheter une ou deux vaches avec la dote de Margot.

Elle paraissait simple, généreuse et sans soucis.

Quelque chose l'intriguait pourtant: à certains moments de la journée, elle sentait une présence derrière elle... alors qu'il n'y avait personne.

Mais de cela elle n'osait en parler à quiconque de peur qu'on ne la prit pour folle.


*****

Les jours passaient. Elie semblait fatigué. De plus en plus.

“J'ai sûrement trop travaillé cet été. Quand l'hiver sera là, je me reposerai” répétait-il à Margot qui s'inquiétait.

Puis il fallu quérir le médecin qui ne comprit rien au mal d'Elie.

Alors on repoussa le mariage d'une saison.

Aux premiers flocons de neige, Elie mourut. On couvrit les miroirs et Margot prit le deuil...

mercredi 9 juillet 2008

L'Exode des Abysses

(Vieux conte retrouvé dans une malle poussiéreuse, plein de défauts mais que j'aime bien, illustré à l'époque par Rozenn)

Une heure trente deux plus tard:

"ça c'est du matériel!" s'extasient les garçons.

"et en imitation écaille de tortue, quelle classe!" ajoute Cali admirative.

"Aidez-moi à l'enfiler. Voici le mode d'emploi... Ah dis donc, ce n'est pas simple!"

Après plusieurs essais, Guénite est enfin prête.

Et voici tout le petit monde qui s'élance dans les vagues et s'enfonce dans les abysses.

Explorant minutieusement les fonds sous-marins, accompagnés du seul ronron des bulles d'air du scaphandre de Guénite, les recherches se poursuivent.

Cali régulièrement remonte respirer à la surface. C'est ainsi qu'à l'opposé de leurs investigations, elle aperçoit des remous. Aussitôt elle en informe tout le monde qui fait demi-tour. Rejoignant les remous, les enfants et la fée découvrent toute la faune de l'océan, d'énormes paquets sur le dos ou traînant des sacs, en route pour une destination inconnue.

C'est l'exode des Abysses!

À SUIVRE...