Le grand Haroun Tazieff disait: « la mort rentre par les habitudes ». Me remémorant cette phrase, ce matin, je me suis levée une heure plus tôt pour faire entrer la vie puisque j'ai bouleversé une habitude. Et comme je crois que nous sommes ce que nous pensons, j'ai espoir de m'être accordé un peu plus de futur et pourquoi pas l'éternité!

Toujours est-il qu'une heure de plus dans l'emploi du temps, et bien, c'est un véritable chamboulement.

j'ai aperçu bordant l'abîme de la nuit, très furtivement au détour d'un nuage tout rond, l'éteigneur d'étoiles avant qu'il n'endosse son costume d'allumeur de soleil longeant à la manière d'un funambule, les crêtes aiguisées du matin.

J'ai participé au grand rassemblement journalier des insectes assise en tailleur sur une fleur en porcelaine, rassemblement où ils accordent leurs stridulations pour chanter à l'unisson, improvisant ainsi une fanfare farfelue annotée sur un « la » venu des cieux.

J'ai assisté également à un spectacle de pirouettes d'ombres et de chats tagués, rafistolant tant bien que mal le voile de nuit qui se déchirait inéluctablement.

Et j'ai vu de mes yeux vu, les Anges et Séraphins corriger à la main nos copies raturées d'Êtres humains brouillons.

Il y avait une telle magie dans cette heure plus tôt saupoudrée de poussière d'innocence et aromatisé au sirop d'âge tendre que je ne savais où donner de la tête. J'ai consigné alors dans mon petit calepin d'une plume de tourterelle trempée dans une perle de rosée: me lever une heure plus tôt quelques matins pour découvrir et réaliser le monde merveilleux dont je rêve.