La Comtesse de Bragada et son grimoire

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 21 mars 2007

La comtesse de Bragada

Connaissez-vous la Comtesse de Bragada? Celle-là même qui transcrit l'univers en mot, réalise les utopies désertées, teinte les vies incolores, nuance les rêves trop ternes, donne la parole au fabuleux? Oui? Non?

Je suis apparue un beau matin en plein milieu des touches de son clavier (celui de la rédactrice) et je me suis installée dans sa vie sans autre forme de procès. J'ai commencé à raconter, raconter, raconter et elle à écrire, écrire, écrire: des contes pour enfants, des légendes, des tranches de vie, des contes-polars, des histoires en tout sens. Tellement qu'aujourd'hui je vous les livre en épisodes à suivre, à savourer, à déguster un petit peu, régulièrement, tout le temps...

mardi 20 mars 2007

MÉTÉO

"Mauvais temps toute la semaine!" Et voilà, la sentence vient de tomber: Monsieur Météo a sapé le moral des troupes! J'aime à croire que la neige nourrit la terre de son azote et prépare le printemps. Le vent chasse la pollution. La pluie arrose nos jardins et les escargots. Le soleil éclaire notre futur.

Le mauvais temps se cache plutôt dans tous les excès, trop de neige ou de pluie à un même moment puis plus rien, vent trop fort, soleil trop chaud, saisons disparues. Peut-être que notre Terre nous envoie des messages. Aurait-on oublié de l'écouter?

lundi 19 mars 2007

TÔT-FAIT D'ÉPOUSAILLES

Mettez dans une casserole trois jaunes d'oeufs levés du matin, d'une poule de première ponte. Mélangez-les avec 60 grammes de farine écrasée dans un moulin à vent.

Ajoutez-y ensuite, en remuant doucement, un quart de litre de lait directement du pis de la Marguerite, 125 grammes de sucre en goutte, une larme de vanille en costume ou un zeste perlé de citron.

Battez en neige bien ferme les trois blancs d'oeufs de la main gauche et mêlez-les à la bouillie, le bol renversé.

Beurrez alors un moule ou un plat creux, versez-y votre bouillie et faites cuire sous le four de campagne chauffé d'avance, entre 20 à 25 minutes.

Lorsque vous entendez l'âne Papillon braire, saupoudrez de sucre, plantez-y un baiser et versez de suite.

La personne qui découvrira votre baiser sera l'élu de votre coeur.

lundi 12 mars 2007

AILLEURS

Vents des terres et des océans,

Évadez-moi céans de ce néant,

Enivrez-moi de vos parfums divins

Jusqu'à plus soif, jusqu'à plus faim!


*****

Je n'en veux plus de rêver de ces ailleurs;

Que je m'envole sur l'heure vers ces senteurs!


*****

Épicées?

Me voici aux Indes reculées.

Fruitées?

C'est toute l'Afrique et ses marchés.

Du sable, quelques grains?

C'est le désert et sa misère qui tend la main.


*****

Arrêtez! Ne soufflez plus!

Je ne voulais que le Bonheur, rien de plus!

Alors il faudra que j'aille là-bas

Les mains pleines pour ne plus rêver de cela.

mercredi 7 mars 2007

La note infernale

Toute la journée d'hier, une note, un si bémol très exactement, sonna sporadiquement à mes oreilles. Ce devait être la brouette mal accordée d'un des voisins qui gémissait sous un trop lourd fardeau. Rien de bien effrayant.

Mais lorsqu'au beau milieu de la nuit le si bémol revint carillonner dans mon sommeil, je dus me rendre à l'évidence que toutes les brouettes du monde étaient innocentes!

De quoi pouvait-il bien s'agir? Un fantôme musicien en mal de mélodies discordantes? Une huis se balançant sur ses gonds sous quelques vents tempétueux? Une souris chantant la sérénade à tue-tête?

Une chandelle vacillante à la main, je décidai d'en avoir le coeur net et je visitai alors une à une les pièces du manoir.

C'est en arrivant vers le gros poêle encore tout chaud du dernier feu, que la note infernale devint plus présente: aux côtés du fourneau tournoyait irrégulièrement un petit moulin en bois, mû par la chaleur et le tournoiement de ses ailes lui arrachait ce si bémol d'usure ô combien agaçant.

lundi 5 mars 2007

FIDELINE BUTINE SUR LE NET 15

"C’est à nouveau moi !" fais-je remarquer au vendeur de tout à l’heure, ré-aspergé d’eau de Cologne nauséabonde. Je voudrais quelques renseignements supplémentaires.

Qu’est-ce que je n’ai pas fait là ! le voici qui commence à me noyer dans un tas de Mega-octets, quand ce ne sont pas des Giga-octets, des CD-Roms, des DVD, des vitesses de résolutions, des U.C. verticales, des souris…

"En un mot, c’est celui-ci qu’il vous faut !" me dit-il, me présentant un modèle poussiéreux sorti du fin fond de la réserve.

" Jeune homme", dis-je à un client qui flâne entre les rayons, l’air de s'y connaître en ordinateur, "voulez-vous m’aider ? Que pensez-vous de celui que me propose ce vendeur ?"...

Je m’en doutais ! N’y connaissant rien, il voulait me fourguer sa machine d’un autre siècle. Si j’achète un ordinateur un jour, il sera actuel !…

…Trois quart d’heure plus tard, ça y est, j’ai un ordinateur.

Je crains que cela ne soit une folie !…

LE PETIT JARDIN DE FIDÉLINE. 28 JUIN 2OOO

Il ne pleut plus. Je vais rentrer en passant par le jardin des 4 chênes, j’ai encore un peu de temps avant ma réception.

J’aime l’odeur après la pluie de la mousse mouillée qui tapisse le dossier des vieux bancs de bois dont la peinture verte s'écaille et j’aime le bruissement des feuilles sur lesquelles ruissellent encore quelques gouttes de pluie non évaporées.

Le chant des oiseaux nichés entre les branches noueuses des arbres bicentenaires, plantés comme des « i » entre le vent et le temps qui passe, m’apaise de cette foule grouillante du supermarché.

J’imagine, aux cicatrices laissées dans l’écorce, tous les vécus qui se sont joués sous leurs ramures;… et si je recherchais à partir des initiales gravées les véritables histoires qui se sont déroulées ?

M’accrochant difficilement à une branche basse, j’essaye de me hisser jusqu’au plus haut cœur gravé. Si je parvenais à coincer mon pied entre ces deux branches, j’aurais un appui sérieux.

"Holà, holà, tu veux que je t’aide petit voyou !" intervient le gardien du square," Ah mais c’est vous Madame Fidéline ; ce n’est plus de votre âge de grimper comme un singe dans les arbres".

"Je voulais simplement déchiffrer les initiales perchées tout là-haut, celles dans le cœur et celles en dehors".

"Tenez Madame Fidéline, j’ai tout noté sur ce papier ; mais par pitié, descendez de cet arbre !"

A SUIVRE...

dimanche 4 mars 2007

Eclipse

Après une nuit de rêve à observer la Lune rouge incarnat, livrée à l'éclipse, il se leva, s'étira et parla. Quelle ne fut sa surprise lorsqu'il s'entendit s'exprimer dans un dialecte bizarre, abscons, et se trouva dans l'incapacité de recouvrer sa langue natale. Plus il faisait d'effort pour raconter sa soirée dans son jargon habituel, plus il devenait incompréhensible. Perdu tout entier entre la Terre et la Lune, captivé par l'éclipse, il avait dû s'imprégner sans y prendre garde des idiolectes de passage.

vendredi 2 mars 2007

Le parcours initiatique d'une princesse 8

La princesse emboîta le pas à Madame Ténardier et plus personne ne la revit jamais. Des rumeurs disent qu'un jour, un malfrat nommé Jean Valjean, arrivé par hasard à la maisonnette des Ténardiers, eut pitié de la princesse-Cosette. Il la leur acheta. Un certain Victor Hugo s'empara de l'histoire et en fit un roman dont très peu de personnes entendirent parler.

Deuxième choix:

De l'autre côté, le chemin longeait un arc en ciel et tout au bout de cet arc en ciel, se trouvait un château. La princesse cogna à la lourde porte qui s'ouvrit aussitôt.

Chanson de la princesse:(sur l'air de la chanson de Calogero: est-ce qu'il va me faire un signe)

J'espère mon Prince charmant

Je l'attends

Tout le temps

Comment créer un espoir

De le voir

Lui raconter qui je suis

Dans la vie je souris

Lui dire qu'à deux ce sera

Plus sympa

Aussi vrai que de loin je l'appelle

J'attends de lui quelques nouvelles

Aussi vrai qu'j'arrête pas d'y penser

Si seulement je pouvais le trouver

Est-ce qu'il va me faire un signe

M'écrire un mot de quelques lignes

J'ai qu'une prière à lui adresser

Si seulement il voulait me trouver

Je continue de chercher

Les hivers, en été

Pendant ce temps je mûris

Ma vie

Quand enfin je serai prête

J'irai seule vers ma quête

Je trouverai le chemin

De sa main.

Aussi vrai que de loin je l'appelle

J'attends de lui quelques nouvelles

Aussi vrai qu'j'arrête pas d'y penser

Si seulement je pouvais le trouver

Est-ce qu'il va me faire un signe

M'écrire un mot de quelques lignes

J'ai qu'une prière à lui adresser

Si seulement il voulait me trouver

Est-ce qu'il va me faire un signe

M'écrire un mot de quelques lignes

J'ai qu'une prière à lui adresser

Si seulement il voulait me trouver.

A SUIVRE...

jeudi 1 mars 2007

RÉCRÉATION (suite)

Recette de la pâte à sel:

Deux tasses de farine + une tasse de sel fin + une tasse d'eau. Mélanger le tout à la main comme une pâte à gâteau et le conserver dans un film alimentaire.

Après, tout est question de boules, de boudins et d'imagination. Pour relier la tête au corps, un cure dent fait l'affaire.

Ensuite mettre au four la réalisation (cela va sentir bon le pain chaud mais beaucoup trop salé!). Une fois refroidie, la peindre à la peinture à l'eau. Vernir pour faire briller. Puis trouver le couvercle d'une boite de chaussures ou autre pour y installer les personnages.

Décor:

En découpant certains motifs de serviettes en papier et en gardant uniquement la première couche, la décoration prend tournure.

Le petit arbre est fait en perles, en fil de fer fin et en patience. Le miroir est réalisé en papier d'aluminium entouré de cerne (en tube pour tissu).

Le tout fait une super récréation pour petits et grands et de jolis cadeaux.